... & press enter to start

Salah Hamouri : le Quai d’Orsay capitule !

Interrogé sur la situation de notre compatriote Salah Hamouri, le Quai d’Orsay a rendu publique, mardi 27 février, sa réaction. Ou plutôt son abdication devant les décisions arbitraires israéliennes qui frappent Salah Hamouri Nous appelons solennellement les autorités françaises à cesser ce « jeu » indigne et qui les disqualifie, et à agir – comme elles ont su le faire utilement en Turquie – pour obtenir la libération de Salah.


Interrogé sur la situation de notre compatriote Salah Hamouri, le Quai d’Orsay a rendu publique, mardi 27 février, sa réaction. Ou plutôt son abdication devant les décisions arbitraires israéliennes qui frappent Salah Hamouri. Cette réaction appelle deux remarques de notre part.


Tout d’abord le Quai affirme hautement que « comme tous les Français emprisonnés à travers le monde », Salah Hamouri « bénéficie » de la protection consulaire. Celle-ci, rappelons-le est un droit et un devoir absolus. Il ne manquerait plus que Salah Hamouri en soit exclu ! Mais il y a un fait plus grave derrière cette affirmation : dans quel autre pays au monde nous avons un Français qui soit un prisonnier politique ? Salah est un cas unique et spécifique que le Quai d’Orsay noie volontairement au milieu des autres. Ce n’est pas un détenu de droit commun ni un auteur d’actes criminels. Lui n’a strictement rien fait de répréhensible. C’est uniquement la politique qui annihile gravement depuis plus de 6 mois sa liberté. Et le Quai d’Orsay ne distingue pas ce cas particulier qui touche pourtant à ce que la France affirme être sa spécificité, sa raison d’être à travers le monde. C’est insupportable.


En second lieu, le Quai d’Orsay après avoir regretté la décision de Lieberman – qui n’a pas agit seul – affirme « espérer » sa libération. Rappelons que le Président a formellement demandé au Premier ministre israélien sa « libération ». C’est dire que les autorités françaises n’entendent pas donner suite à cette exigence. Elles enregistrent et c’est tout. Elles n’agissent pas.


Nous appelons solennellement les autorités françaises à cesser ce « jeu » indigne et qui les disqualifie, et à agir – comme elles ont su le faire utilement en Turquie – pour obtenir la libération de Salah.


Il y a une nuance de taille entre « espérer » sa libération et « exiger » sa libération. En ne jouant pas son rôle la France non seulement donne quitus à cet acharnement mais se contente de rester dans un rôle de spectatrice. Cela non seulement déshérite de la liberté, ce bien précieux, notre compatriote qui n’est pas binational mais uniquement Français. Cela encourage de plus les autorités israéliennes à poursuivre leur politique fondée sur leur refus systématique du droit. Et après cela on nous affirme ra que « La France est de retour ». A Disneyland peut être mais pas sur la scène internationale. C’est gravissime. Et condamnable hautement.


Nous ne nous résignerons jamais à ce que la liberté s’arrête aux portes d’Israël. Et en conséquence nous amplifierons nos efforts pour que Salah Hamouri sorte de prison où il n’aurait jamais du aller. Nous, nous écrivons liberté sur toutes les pages du livre d’histoire de la France.


Paris, Mercredi 28 février 2018
Webmaster
TOP